Retour à la page d'accueil
Retourner à la page d'accueil Mettre le site en favoris Mettre le site en page de démarrage Ryoweb - Flux RSS

Espace Membres


Pas encore inscrit ?
Mot de passe oublié ?

Chroniques Manga & Manhwa

MES VOISINS LES YAMADA

Après le volume 1


SYNOPSIS

Dans la famille Yamada, il y a Takashi le chef de famille autoritaire qui ne se fait pas tout le temps respecter, Matsuko la femme au foyer dont la principale préoccupation de la journée est de trouver quoi préparer à manger, Noboru le fils aîné dont la médiocrité à l'école a déjà fait l'objet des moqueries de sa grand-mère à la langue bien pendue, la vieille Shige qui, malgré ses 70 ans, pète toujours autant la forme, et enfin la petite dernière, Nonoko, une fille très enjouée faisant parfois preuve d'une belle lucidité. À tout ce beau monde vient se greffer Pochi le chien au flegme "légendaire" et d'autres gens du voisinage qui ne manqueront pas de se faire remarquer d'une manière ou d'une autre.

AVIS

Normalement, si vous vous intéressez un tant soit peu à l'animation japonaise, il vous est déjà arrivé d'avoir entendu parler de Mes voisins les Yamada, un film du Studio Ghibli sorti en 1999. Et si, par hasard, vous avez un tant soit peu de goût, vous avez normalement dû trouver ça excellent. Oui, normalement. Mais ce que certains ne savent peut-être pas, c'est qu'avant d'être un long métrage animé, Mes Voisins les Yamada est un manga composé de sketchs de quatre cases (yonkoma) parus autrefois dans le Asahi Shinbun qui, comme son nom l'indique, est un quotidien japonais (l'un des plus grands, en fait, avec le Yomiuri Shinbun). Avec un support si prestigieux, une question se pose alors : les Yamada version papier, ça vaut quoi ?

Grâce à cette famille ordinaire et ses travers qui le sont peut-être un peu moins, Hisaichi Ishii signe une œuvre très marquante dont on s'attache en vérité dès les premiers instants. Le grand avantage de cet ouvrage, c'est qu'il peut être lu de manière totalement relâchée, au gré des envies. Évidemment, l'exercice du gag en yonkoma est plus périlleux que ce qu'on pourrait croire. Même si Ishii parvient à maintenir une certaine qualité à l'ensemble des 350 pages qui composent ce premier tome, force est de reconnaître qu'une partie du travail est loin d'être au top. Bien sûr, tout dépend de la sensibilité humoristique de chacun, mais on relève tout de même quelques sketchs vraiment d'un niveau médiocre et parfois peu parlant pour le lectorat français (gags sur la politique nationale, par exemple). De toute façon, c'était quasiment inévitable, mais il fallait le souligner, histoire de ne pas prendre en traître certains lecteurs aveuglés par la notoriété du titre. On pardonne toutefois ces "instants d'égarement" tant l'ensemble offre des instants savoureux. On aime ainsi à suivre chacun des membres de la famille Yamada et les épier dans leurs agissements parfois atypiques. Rien de bien extraordinaire non plus dans leurs "aventures", vous vous en doutez, mais c'est suffisant pour nous mettre de bonne humeur. À noter qu'en fin de volume sont regroupées les planches de Mes voisins les Kikuchi, une autre série de l'auteur dans le même registre, et pour cause, cette famille vit dans le quartier des Yamada. Là, c'est peut-être un peu plus déluré grâce au fait que l'aînée de la famille est mangaka. Le cadre de l'action diffère quelque peu car se situe principalement dans le restaurant familial et dans l'atelier de la dessinatrice. Bref, sans entrer dans les détails, on peut dire que c'est un bon complément aux histoires des Yamada.

Côté réalisation, ça reste très sommaire évidemment (décors succints, character design assez simpliste), mais c'est le style qui veut ça. Pour les fans de BD franco-belges, on peut dire que le dessin d'Ishii a quelques faux airs de celui de Cromheecke (Tom Carbone), il en ressort donc un côté très sympathique, voire charmant. Enfin, si vous avez bien suivi ce qui a été dit plus haut, vous savez à quoi vous attendre pour ce qui est du cadrage général de ce manga.

Même s'il n'est pas parfait, Mes voisins les Yamada demeure une très bonne lecture à conseiller à tous ceux que la société nippone intéresse, ou plus généralement à ceux qui recherchent un bon moment de distraction. La simplicité du propos et l'attachement qu'on a de cette famille un brin délurée finiront bien de toute façon par avoir raison des lecteurs les plus sceptiques.

ADAPTATION FRANÇAISE

On tient là un gros pavé de 350 pages disposant d'une couverture cartonnée avec rabats (pas de jaquette) que l'on doit à Delcourt et Akata dans la collection Shampooing. La qualité du papier employé est tout bonnement excellente, ce qui nous change un peu des manga de poche du même éditeur. L'encrage n'est pas en reste et le rendu des planches est pour ainsi dire optimal. La traduction a pour sa part été réalisée dans les règles de l'art, avec des notes explicatives qui apparaissent en temps voulu. Un bon point enfin pour le choix de la police de caractère qui sied à merveille à ce manga. Ça fait plaisir de voir qu'il y a eu une recherche qui a été faite de ce côté-là. Dans les défauts à corriger pour les éventuelles rééditions, on note des fautes d'orthographe par-ci par-là et une absence de pagination des gags à un moment donné (#568 et #569). Sens de lecture japonais et prix très correct pour la quantité et la qualité proposées.

DU MÊME AUTEUR



Avatar
RYO
28/04/2009

Fiche Technique

Titre :

Mes voisins les Yamada

Titre original :

Tonari no Yamada-kun

Auteur(s) :

Hisaichi Ishii

Éditeur :

Akata / Delcourt

Nombre de volumes :

En France :

1 (en cours)

Au Japon :

3 (fin)

Prix indicatif :

15 €

Type d'ouvrage :

Manga

Titre couverture

Édition française (1)
Édition originale (3)
A vous de jouer
- Ajouter votre avis
- Réagir sur le forum
- Vos avis (0)
- Acheter sur :
   www.amazon.fr

 
fondEn bref

Dessin : 13/20

Très simpliste, mais en même temps d'une bonne identité visuelle.

Scénario : 13/20

On ne peut pas vraiment parler de scénario, mais ces petits instants du quotidien sont bien mis en scène.

Fun : 16/20

Excellent moment de détente à lire en prenant son temps.

Adaptation : 15/20

Qualité matérielle irréprochable.

Intérêt : 88 %

Un manga à lire, voire à posséder. Il permet en plus une comparaison amusante avec le long métrage de Takahata.

Haut de page