Retour à la page d'accueil
Retourner à la page d'accueil Mettre le site en favoris Mettre le site en page de démarrage Ryoweb - Flux RSS

Espace Membres


Pas encore inscrit ?
Mot de passe oublié ?

Chroniques Manga & Manhwa

PRINCE DU TENNIS

Après le volume 37


SYNOPSIS

Ryôma Echizen est un surdoué du tennis. Ce garçon d’à peine 12 ans entre aujourd’hui à Seigaku, un collège réputé pour son club de tennis de haut niveau. Il devient très vite titulaire au sein de l’équipe après avoir montré ce dont il est capable aux autres membres, tous plus âgés que lui. Aux côtés de Kawamura, Momoshiro, Fuji, Kaidô, Inui, Kikumaru, Ôishi et Tezuka le capitaine, notre petit prince du tennis gravira un à un les échelons vers le titre national !

AVIS

Sorti à la fin des années 90 chez Shûeisha, ce manga est sans doute le pendant tennistique de Slam Dunk, l'autre gros carton de l'éditeur en terme de shônen sportif. Réalisé par un certain Takeshi Konomi, plus ou moins inconnu jusqu'alors, Prince du Tennis totalise 42 volumes reliés pour ce qui est de sa première "saison". Une suite a vu le jour quelque temps après, elle s'intitule Shin Tennis no Ôji-sama. Un franc succès, donc, pour les aventures du petit Ryôma. Quels sont les éléments qui ont tant plu aux lecteurs ? C'est ce que nous allons essayer de voir.

Au premier abord, rien de spécial ne transparaît dans le dessin de l'auteur. Il est même assez maladroit pour tout dire. Et puis, comme tout bon mangaka qui se respecte, Takeshi Konomi s'améliore au fur et à mesure qu'il dessine, jusqu'à offrir très rapidement un style d'une grande finesse, et c'est peut-être là l'un des aspects qui a le plus fonctionné auprès de la gent féminine, qui constitue une majeure partie du lectorat de Prince du Tennis (il n'y a qu'à voir les noms des votants ou des auteurs des "fan-arts" de fin). En effet, les protagonistes de ce manga sont pour la plupart très sveltes et stylisés, en plus d'être beaux, rappelant ainsi les personnages des shôjo manga. Le tour de force de Konomi, c'est qu'il réussit donc à attirer un public féminin en sus de celui auquel son œuvre est originellement destiné, un peu comme ce qu'a réalisé Nobuhiro Watsuki pour Kenshin le vagabond. Ceci étant dit, l'intérêt de la série vient évidemment des personnages, de leur caractère bien trempé et surtout de leurs aptitudes tennistiques ! Car, oui, contrairement à Slam Dunk, Prince du Tennis fait dans le surnaturel, avec des coups spéciaux produits par les joueurs pas piqués des hannetons dignes de ceux d'un Captain Tsubasa. Attendez-vous à voir du grand n'importe quoi lors des matchs, du grand n'importe quoi qui n'a qu'un objectif : celui d'en mettre plein la vue. Et de ce côté-là, on peut dire que c'est réussi. Autrement, on peut saluer le travail fourni dans la création de l'intensité et du suspense lors différentes rencontres, ainsi qu'un renouvellement du casting quasi permanent. C'est bien simple, après 37 volumes d'atteints, de nouveaux personnages font encore leur entrée en scène. Il faut enfin signaler que l'humour joue un rôle relativement prononcé dans ce manga, notamment lors des chapitres où les personnages ont fini leurs matchs. Même si ça reste bon enfant, la qualité n'est pas toujours au rendez-vous (on sourit tout au plus), les petits entractes de fin de chapitre sont nettement plus amusants, dommage à ce propos qu'ils aient disparu après une quinzaine de volumes.

Les fans de séries sportives saupoudrées de délires (aussi bien visuels que stylistiques) dont seuls les Japonais ont le secret trouveront Prince du Tennis tout à fait digne d'intérêt. L'auteur sait ce qu'il fait, la réalisation de son manga est très aboutie et son coup de crayon aura à coup sûr ses adorateurs. Pour autant, quelques-uns trouveront sans doute que l'ensemble stagne un peu et que les situations tendent à se répéter, tandis que certaines semblent avortées ou du moins mises à l'écart (le personnage de Sakuno). D'autres diront qu'il aurait été de bon ton de raccourcir un peu certains événements. Dans tous les cas, c'est une lecture divertissante et facile (i.e rapide) tout à fait recommandable.

ADAPTATION FRANÇAISE

Après des débuts un peu balbutiants, notamment en ce qui concerne la traduction (le traducteur s'est amélioré, ça se voit pour les tournures de phrase par exemple), l'édition française proposée par Kana trouve son rythme de croisière et offre comme à son habitude une version de bonne qualité tant sur le plan matériel que graphique. Même si le logo titre aurait pu être davantage travaillé pour rivaliser avec celui de la version originale (bien qu'il faille reconnaître que les kanji aident bien à rendre le tout "cool"), le reste des retouches et autres lettrages s'intègrent uniformément. Ce manga se lit de droite à gauche, donc dans son sens de lecture original. À noter pour finir que les derniers tomes sortis l'ont été en packs promotionnels, vendus par deux avec comme avantage 1 € d'économie, ou quelque chose se rapprochant. Geste à saluer.

DU MÊME AUTEUR



Avatar
RYO
16/04/2012

Fiche Technique

Titre :

Prince du tennis

Titre original :

Prince of tennis

Auteur(s) :

Takeshi Konomi

Éditeur :

Kana

Nombre de volumes :

En France :

37 (en cours)

Au Japon :

42 (fin)

Prix indicatif :

6,25 €

Type d'ouvrage :

Manga

Titre couverture

Édition française (37)
Édition originale (42)
A vous de jouer
- Ajouter votre avis
- Réagir sur le forum
- Vos avis (6)
- Acheter sur :
   www.amazon.fr

 
fondEn bref

Dessin : 15/20

Assez fin dans l'ensemble et d'un style reconnaissable.

Scénario : 13/20

Manga de sport, en l'occurrence ça parle de tennis cette fois-ci. Championnats, tournois, etc.

Fun : 15/20

Ça se lit facilement et avec beaucoup de plaisir.

Adaptation : 15/20

C'est très satisfaisant globalement. Les rééditions ont sans doute corrigé les coquilles des premiers tomes (Tetsuka au lieu de Tezuka par exemple).

Intérêt : 79 %

Un titre intéressant à lire pour se détendre. Aurait sans doute gagné à faire plus court par moments.

Haut de page